Ces participant·e·s PLIE qui font vivre nos communes

Mis à jour : mai 21


Ce mois-ci nous vous proposons de faire un focus sur Fathia, participante du PLIE, au sourire et à la générosité sans limites ! La source de sa détermination, elle la puise auprès de son fils qu'elle éduque seule et à qui elle veut transmettre de vraies valeurs humaines et sociales. ​ Après un parcours professionnel en France et outre mer à des postes de responsable (vente cosmétique) et gérante (restauration), Fathia est revenue vivre à Mouans-Sartoux. A l'époque, au RSA et en recherche d'emploi, elle accepte d'être accompagnée par le PLIE de Grasse. ​ Des projets plein la tête, en quête d'autonomie, elle souhaiterait évoluer en tant qu'indépendante. Passionnée de décoration et très manuelle, elle adore trouver des objets ça et là pour leur donner une seconde vie. Plusieurs pistes s'offrent à elle : le home staging, une ressourcerie, ... Pour acquérir des compétences qui pourraient l'aider dans ses futurs projets, elle travaille pendant quelques mois à DEFIE. Elle y développe des savoir-faire en second œuvre. C'est à cette période qu'elle participe à la première édition de Grasse à vos couleurs. Très investie, elle y tisse des liens humains, développe son réseau professionnel avec Initiative Terre d'Azur (ITA) et le service entreprise du Pôle emploi de Grasse. Cette expérience lui permet de se sensibiliser davantage à l'Economie Sociale et Solidaire en Pays de Grasse, valeurs qu'elle partage. A partir de là, accompagnée par Victor LO d'ITA, elle se lance dans un projet de création d'entreprise puis de recherche d'un local pour y réaliser un espace hybride entre lieu de vente (épices, thés, meubles et déco) et atelier (pour y développer, à terme, son activité créative à partir d'objets de récupération). Début 2020, elle trouve le local en plein centre de Mouans-Sartoux, cette commune chère à son cœur qu'elle souhaite faire vivre. Elle nomme sa boutique La Lavoisière. Dans le même temps, la COVID et le confinement arrivent, reportant l'ouverture du lieu au public. Elle démarre finalement son activité durant l'été 2020 et c'est principalement la vente d'épices et de thés qui la font travailler. Puis survient le second confinement qui devient pour elle un temps de réflexion et de remise en question ! Fathia comprend que la situation géographique de son local n'est pas assez passante en cette période. Les ruelles du village sont désertées au profit de la place de la mairie et de l'axe routier principal. Grâce à la solidarité du gérant du Casabella Caffè dont l'établissement est fermé jusqu'à janvier 2021, elle est autorisée à installer son étal d'épices et de thés sur le parvis du restaurant. Le commerce reprend enfin pour Fathia ! ​ Il reste encore du chemin à parcourir ... mais tout est possible pour cette combattante de la vie dont la maxime favorite est : "on ne lâche rien"!

19 vues0 commentaire